Le Voyage à Nantes | Nantes.Tourisme | Estuaire | Les Tables de Nantes | Les Machines de l’île | Mémorial de l’abolition de l’esclavage

- Château des ducs de Bretagne

Menu principal

Sous menu

Menu professionnels

accessi_vous_etes_ici Accueil - CHATEAU-MUSEE - Le musée - Pierrick Sorin

Pierrick Sorin

Pierrick Sorin
© Pierrick Sorin

Art contemporain et patrimoine

La création du nouveau musée d'histoire de Nantes au sein de la résidence ducale répond à la volonté de faire un musée du 21e siècle dans un monument du 15e siècle.
L'ensemble du Musée construit l'histoire de Nantes en s'appuyant, entre autres documents, sur des peintures, gravures, films... qui sont autant de représentations de la ville vue par les artistes à différentes périodes. L'idée était donc, pour clore le parcours déployé dans les 32 salles et notamment la dernière séquence portant sur la ville et l'estuaire d'aujourd'hui, d'inviter un artiste actuel à livrer sa propre vision de Nantes en s'inspirant des étapes de la muséographie. C'est Pierrick Sorin, artiste vidéaste nantais, dont la réputation internationale n'est plus à faire, qui met en scène l'histoire de Nantes.

Pierrick Sorin
© Pierrick Sorin

"Le portrait de ville" de Pierrick Sorin

L'appel à projets imposait un écran semi-circulaire avec 3 vidéo-projecteurs HD permettant une vidéo-projection à 180°. Il était en outre proposé de mettre à disposition un pilotage interactif lumineux.
Pierrick Sorin a livré un «portrait de ville» très personnel, sous forme d'un film en haute définition diffusé sur écran ultra-panoramique. Des bateaux évoluent, évoquant chacun des événements particuliers de l'histoire de la ville, de la traite négrière à l'invention des petits LU. L'oeuvre présente ainsi un défilé de saynètes humoristiques, relatives à l'histoire ou à des spécificités nantaises. Pierrick Sorin pousse ici assez loin son goût pour l'autofilmage en interprétant lui-même la quasi-totalité des rôles des quelques quatre-vingt personnages qui apparaissent au cours de ce défilé fluvial.
A la place de l'interactivité qu'il n'a pas souhaité utiliser, il a ajouté un théâtre optique.
Pierrick Sorin réalise des courts-métrages et des dispositifs visuels où il se moque, sur un mode burlesque, de l'existence humaine et de la création artistique. Fervent pratiquant de l'auto-filmage, il est souvent l'unique acteur des histoires qu'il invente. Mais l'artiste est aussi un enfant de Méliès : il crée en particulier des petits «théâtres optiques», mélanges d'ingénieux bricolages et de technologies nouvelles, qui lui permettent d'apparaître comme par magie dans l'espace, sous forme de petit hologramme et parmi des objets réels.

DVD en vente exclusivement à la librairie du musée, 16 €.
 
 

Navigation secondaire