Le Voyage à Nantes | Nantes.Tourisme | Estuaire | Les Tables de Nantes | Les Machines de l’île | Mémorial de l’abolition de l’esclavage

- Château des ducs de Bretagne

Menu principal

Sous menu

Menu professionnels

Visite virtuelle La Mer pour Mémoire

Visite virtuelle de l'exposition
La Mer pour Mémoire

 

 

 

accessi_vous_etes_ici Accueil - EXPOSITIONS - Expositions passées - Expositions 2009

Expositions 2009

La Mer pour Mémoire

Archéologie sous-marine des épaves atlantiques
Du 4 avril au 27 septembre 2009

Cette grande exposition, qui a terminé à Nantes son itinérance de quatre ans dans le grand Ouest, faisait état de la recherche archéologique sous-marine dans l’océan Atlantique depuis 20 ans. A travers 550 pièces majeures issues d’une quarantaine d’épaves principalement du 16e au 19e siècles, le visiteur était invité à vivre, comme en plongée, l’enquête archéologique. Une enquête qui dévoilait le quotidien des navires des temps anciens et tout un pan de l’histoire maritime du grand ouest. Exposition de l’association Buhez (musées et écomusées de Bretagne). Commissaires : Michel L’Hour et Elisabeth Veyrat, archéologues sous-marins du Ministère de la Culture.

Présentation de la partition par Ulrich Leisinger
Présentation de la partition par Ulrich Leisinger © Alain Guillard (Château des ducs de Bretagne)

Mozart au château

La partition retrouvée de Mozart a été présentée au château du 22 janvier au 22 février 2009 avec deux lettres, l'une du compositeur, l'autre de son père, accompagnée d'un petit film qui raconte l'aventure de sa redécouverte.
A la fin du 19e siècle, Pierre-Antoine Labouchere fit don à la Ville de Nantes de son trésor d'archives. Ces quelque 5000 documents autographes sont conservés à la Bibliothèque municipale. Décrite comme « un morceau de musique », la partition n'avait pas attiré l'attention. Venu à Nantes dans le cadre de ses recherches sur Mozart, Ulrich Leisinger, directeur du département de musicologie du Mozarteum de Salzbourg, l'a récemment authentifiée comme étant de la main du compositeur. La feuille de 16 cm sur 29 a pris ainsi une importance insoupçonnée.
La musique notée [Vienne, vers 1787] est « l'esquisse mélodique d'une composition pour voix en ré mineur, sans doute pour le Kyrie d'une messe, et le début d'un Credo en ré majeur ».

> En savoir plus sur le fonds Labouchere
Cette présentation a été l'occasion d'entendre l'interprétation de la partition au violon par Daniel Cuiller de l'ensemble Stradivaria, pour la première fois en public.
Extrait musical grâce à Euradionantes.

Extrait musical

> Lancer l'animation

 
 

Navigation secondaire